jeudi 18 octobre 2012

Quelques mots

Entre-catégorie
Le travail artistique de Matthieu Crimermois est protéiforme et cherche toujours des occasions de se mettre dans des positions funambules où l'équilibre est difficile à tenir. Ainsi, il n'a jamais voulu choisir entre son travail de platiniste et son travail de plasticien. Son atelier, entre Berlin et Paris, est un atelier de la tradition inaugurée, dans mon panthéon personnel, par Morton Feldman : un atelier « entre catégorie ». C'est cette « entre catégorie » qui suppose, ou qui impose, l'intermédialité dans le processus de création de Matthieu Crimersmois.
Généalogiquement, son atelier est un atelier de l'interstice. Nous aurons l'occasion d'y revenir mais cet « interstice », ce « sillon », est un moteur poïétique important. Il faut entendre par moteur poïétique les figures qui mettent en mouvement la pensée et/ou les mains et qui permettent de « se rendre à l'atelier, comme l'écrivait Bruce Nauman, et de s'impliquer dans une activité quelconque. Parfois, il apparaît que cette activité nécessite la fabrication de quelque chose, parfois cette activité constitue l’œuvre. » Et, quand on précipite son travail artistique dans l'interstice, quand on décide de faire un travail entre-catégorie, c'est-à-dire quand on jongle entre les médias où le vinyle devient une image, où l'image devient un son, dans une précipitation, sans fin, on se heurte assez vite aux classifications. Voilà pourquoi le travail de Matthieu Crimermois est très pertinent dans notre revue L'Autre Musique. Parce que l'autre musique ne dénie pas une notion faite tout entière pour penser l'entre-catégorie: la plasticité.
lire la suite... 

                                                                                                                     Frédéric Mathevet. 


Frédéric Mathevet : fait partie du comité éditorial de L'autre Musique_Revue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire